CD

avril 2017

mars 2018 (6) • février 2018 (9) • janvier 2018 (10) • décembre 2017 (81) • novembre 2017 (53) • octobre 2017 (116) • septembre 2017 (155) • août 2017 (6) • juillet 2017 (164) • juin 2017 (205) • mai 2017 (200) • avril 2017 (29) • mars 2017 (196) • février 2017 (168) • décembre 2016 (83) • novembre 2016 (85) • octobre 2016 (201) • septembre 2016 (136) • août 2016 (16) • juillet 2016 (170) • juin 2016 (92) • mai 2016 (136) • avril 2016 (19) • mars 2016 (147) • février 2016 (39) • janvier 2016 (134) • novembre 2015 (152) • octobre 2015 (133) • septembre 2015 (155) • août 2015 (8) • juillet 2015 (54) • juin 2015 (321) • avril 2015 (105) • mars 2015 (108) • février 2015 (159) • janvier 2015 (12) • décembre 2014 (116) • novembre 2014 (198) • octobre 2014 (86) • septembre 2014 (236) • août 2014 (23) • juillet 2014 (188) • juin 2014 (120) • mai 2014 (55) • avril 2014 (96) • février 2014 (12) • janvier 2014 (33) • octobre 2013 (2) • août 2013 (7) • juillet 2013 (9) • juin 2013 (1) • mai 2013 (37) • avril 2013 (114) • mars 2013 (194) • février 2013 (142) • janvier 2013 (7) • décembre 2012 (178) • novembre 2012 (174) • octobre 2012 (124) • septembre 2012 (89) • août 2012 (54) • juillet 2012 (141) • juin 2012 (100) • mai 2012 (195) • avril 2012 (95) • mars 2012 (25) • février 2012 (193) • janvier 2012 (37) • décembre 2011 (162) • novembre 2011 (170) • octobre 2011 (86) • septembre 2011 (145) • août 2011 (24) • juillet 2011 (191) • juin 2011 (253) • mai 2011 (231) • avril 2011 (327) • mars 2011 (95) • février 2011 (190) • janvier 2011 (23) • décembre 2010 (427) • novembre 2010 (92) • octobre 2010 (239) • septembre 2010 (65) • août 2010 (41) • juillet 2010 (106) • juin 2010 (225) • mai 2010 (12) • avril 2010 (270) • mars 2010 (51) • février 2010 (191) • janvier 2010 (17) • décembre 2009 (303) • novembre 2009 (127) • octobre 2009 (257) • septembre 2009 (115) • août 2009 (60) • juillet 2009 (227) • juin 2009 (98) • mai 2009 (244) • avril 2009 (27) • mars 2009 (106) • février 2009 (29) • janvier 2009 (39) • décembre 2008 (300) • novembre 2008 (272) • octobre 2008 (189) • septembre 2008 (142) • août 2008 (72) • juillet 2008 (151) • juin 2008 (220) • mai 2008 (83) • avril 2008 (97) • mars 2008 (93) • février 2008 (62) • janvier 2008 (13) • décembre 2007 (283) • novembre 2007 (246) • octobre 2007 (79) • septembre 2007 (210) • août 2007 (113) • juillet 2007 (91) • juin 2007 (60) • mai 2007 (264) • avril 2007 (100) • mars 2007 (183) • février 2007 (5) • janvier 2007 (168) • décembre 2006 (178) • novembre 2006 (152) • octobre 2006 (51) • septembre 2006 (19) • août 2006 (140) • juillet 2006 (108) • juin 2006 (152) • mai 2006 (220) • avril 2006 (56) • mars 2006 (162) • février 2006 (50) • janvier 2006 (93) • décembre 2005 (272) • novembre 2005 (97) • octobre 2005 (221) • septembre 2005 (16) • août 2005 (284) • juillet 2005 (55) • juin 2005 (343) • mai 2005 (27) • avril 2005 (297) • mars 2005 (14) • février 2005 (2) • janvier 2005 (3) • décembre 2004 (145)
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • »

Late night tales

Variete Internationale : New wave punk et techno international

Année 2014

Label Night Time Stories

Interprête(s) : Django Django (site)

Résumé : Le quatuor anglais formé en 2009 et signé chez Because avait sorti son 1er album évèbement "Django Django" en 2012 avec le succès qu'on leur connaît. Ils reviennent aujourd'hui à la tête de la célèbre et prestigieuse série de compilations "Late night tales" après des artistes comme MGMT, FOUR TET, ARCTIC MONKEYS et bien d'autres. Leur approche unique et psychédélique se retrouve dans la sélection de cette LATE NIGHT TALES, dont le concept, on le rappelle, est de demander à des artistes de sélectionner leurs titres nocturnes favoris. Inclus des titres de CANNED HEAT, MASSIVE ATTACK, TNGHT, MAP OF AFRICA, PHILIP GLASS et bien d'autres artistes de classe mondiale. Inclus aussi un titre inédit et exclusif du groupe, "Porpoise Song", reprise du groupe THE MONKEES.
vol.piste
 
TitreArtiste
11 The tennessee toadLéo Kottke
 2 Game loveGulp
 3 NautilusBob James
 4 Inner city bluesJames Last
 5 BoneMap of Africa
 6 Sweet green fieldsSeals, Crofts
 7 FloePhilip Glass Ensemble
 8 To Claudia on ThursdayThe Millennium
 9 Surf's upThe Beach Boys (site)
 10 Carry me homePrimal Scream (site)
 11 Man next doorMassive Attack (site)
 12 Bugg'nTnght
 13 Slum beautifulOutkast (site)
 14 Why can't we live togetherTimmy Thomas
 15 GabrielPeven Everett
 16 CoconutHarry Nilsson (site)
 17 Poor moonCanned Heat (site)
 18 Bass drumsRamadanman
 19 Future directionsRick Miller
 20 Porpoise songDjango Django (site)
 21 Flat of angles : pt. 4Benedict Cumberbatch

Universe smiles upon you (The)

Variete Internationale : New wave punk et techno international

Année 2015

Label Night Time Stories

Interprête(s) : Khruangbin (site)

vol.piste
 
TitreArtiste
11Mr White 
 2Two fish and an elephant 
 3Dern kala 
 4Little joe & mary 
 5White gloves 
 6People everywhere 
 7The man who took my sunglasses 
 8August twelve 
 9Balls and pins 
 10Zionsville 

Visitor (The)

Jazz : Soul & funk & rnb international

Année 2016

Durée 29 minutes

Label Fat Possum

Interprête(s) : Kadhja Bonet (site)

Résumé : The Visitor, le premier album de Kadhja Bonet, provoque, dès les premières secondes, une sensation d'émerveillement, justifiée par la composition riche et délicate de l'oeuvre et sublimée par la voix de Kadhja - prononcer 'kadya'. L'artiste californienne nous invite au voyage dans un monde atemporel, entre classique, jazz, soul et folk, sans se définir précisément, mais en conservant une dimension magique, capable d'unir magnifiquement tous ces genres au fil des 8 titres qui constituent l'album. Issue d'une formation en musique classique, Kadhja a d'abord appris le violon et l'alto, s'est initiée à la flûte et la guitare, et y a développé ce singulier talent de composition qui structure chacune des notes de l'album.
Bien qu'elle s'entoure d'amis comme Te'amir Sweeney à la batterie (Aloe Blacc), Low Leaf, Peter Dyer (Aloe Blacc, St Vincent), Randal Fisher et Itai Shapira à la harpe, aux synthés, à la flûte et à la basse, Kadhja Bonet joue tout de même une majeure partie des instruments elle-même : guitare, violon, flûte et des choeurs qui garnissent ses paysages musicaux. Et comme si cela ne suffisait pas à assurer l'indépendance de sa vision, Kadhja a aussi produit The Visitor, en déléguant tout de même la plupart du travail de mix et d'enregistrement à son assistant producteur multi-instrumentiste Itai Shapira (Herbie Hancock, Sly Stone, Rhye).
Récompenses :
3 clés Télérama (janvier 2017).

Revue de presse :
"Kadhja Bonet, énigmatique Californienne à la voix cristalline, laisse planer le mystère enchanteur qui s'élève à l'écoute de son premier album, tombé à pic pour apporter un peu de magie au coeur de l'hiver." (Hugo Cassavetti, Télérama n°3496),
"L'artiste fusionne brillamment l'esthétique des bandes originales des années 60 et 70's, combine lyrisme et folk, soul et jazz psychédéliques, le tout sublimé par sa voix de sirène cosmique." (FIP Radio),
""La voix sensuallissime de cette Californienne héritière de Minnie Riperton fait de son premier mini-album un maxi-moment d'extase."(Stéphane Deschamps, Les Inrocks, janvier 2017),
"Le miracle de la soul féminine moderne" (Magic),
"Splendide" (Elle).
Récompenses3 clés Télérama
Disque de l'année Les Inrocks
vol.piste
 
TitreArtiste
11Intro ; Earth birth 
 2Honeycomb 
 3Fairweather friend 
 4The visitor 
 5Gramma honey 
 6Portrait of tracy 
 7Nobody other 
 8Francisco 

1000 can die

Musique Du Monde : Afrique

Année 2017

Durée 43 minutes

Label Glitterbeat Records

Interprête(s) : King Ayisoba (site)

Résumé : King Ayisoba et son groupe fusionnent la culture de l'ancien empire ghanéen et la culture globale du 21ème siècle. Dans ce nouvel album '1000 Can Die' hier et aujourd'hui se tiennent côte à côte. King Ayisoba, petit fils de guérisseur-joueur de Kologo, sait que les instruments traditionnels sont bien plus puissants, pouvoir les jouer est un présent de Dieu. Il utilise tout ce qu'il peut, de l'electronica au 'hiplife', mélange populaire au Ghana de highlife local et de hip hop. Les percussions traditionnelles, comme le Guluku et le Dundun sont toujours bien en avant, la tradition devant s'élever au dessus de tout. Place est laissée également à l'expérimentation et aux collaborations, avec notamment le saxophoniste nigérien Orlando Julius, le rapper ghanéen M3nsa et Lee Scratch Perry.
Récompenses :
Bravos Trad Mag' (mai-juin 2017).

Revue de presse :
"Prévenez vos voisins : c'est du brutal. Du féroce, même. Du bruyant, du rêche, de l'inconfortable, à des milliers de kilomètres de la musique d'ascenseur... King Ayisoba déboule d'un village du nord du Ghana avecune énergie inouïe. (...) Probablement le disque de musique africaine le plus décoiffant du moment." (François Mauger, Trad Mag' n°173 mai/juin 2017).
RécompensesBravos Trad Mag'
vol.piste
 
TitreArtiste
11Africa needs AfricaKing Ayisoba (site), Wanlov Da Kubolor, Big Gad
 2WekanaKing Ayisoba (site), Zea
 31000 can dieLee Perry, King Ayisoba (site), M3nsa
 4Grandfather song 
 5DapagaraOrlando Julius (site), King Ayisoba (site), Zenabu
 6Wine langeKing Ayisoba (site), Sakuto Yongo
 7Anka yen tu kwaiKing Ayisoba (site), Atinbila, Steven Anaho
 8Yalma dage wanga 
 9Ndeema 

Curling

Variete Francaise : Chanson francophone européenne

Année 2017

Durée 33 minutes

Label Chapter Two

Interprête(s) : R. Wan (site)

Résumé : Le chanteur du groupe Java et la moitié du Kholkoze Soviet Ssuprem, revient avec un album solo détonant.
Récompenses :
Nova aime.
RécompensesNova aime
vol.piste
 
TitreArtiste
11Curling 
 2Berbère 
 3Paris en bouteille 
 4Les palmeraies 
 5Colon 
 6Faites l'amour, c'est la guerreR. Wan (site), Tom Fire
 7Bayonnaise de Bahia 
 8De l'or 
 9Le ventre de Paris 
 10A l'assaut 
 11Looping 

Fink's sunday night blues club : vol.1

Variete Internationale : Folk acoustique

Année 2017

Label R'Coup'D

Interprête(s) : Fink (site)

Résumé : Fink's Sunday Night Blues Club, Vol 1 est le side project blues de Fin Greenall plus connu sous le nom de Fink. Il a été enregistré dans son studio à Berlin et produit par Fink et Flood (U2, PJ Harvey, Warpaint). Cette sortie précède son nouvel album studio annoncé également pour 2017.
Tous les morceaux ont été enregistrés en live, en utilisant un micro et un ampli vintage "tout en une prise avec l'aide - entre autres - du légendaire David Shirley à la batterie et du génial Colin Stetson qui a également beaucoup apporté au projet".
"J'ai toujours beaucoup aimé le blues, les disques de John Lee Hooker, T-Bone Walker et Chuck Berry me parlent. Aux printemps 2015 et 2016, je me suis complètement immergé dans cette musique, fouinant les magasins de disques au gré de mes tournées pour trouver l'inspiration et pour parfaire ma culture sur le sujet. Je voulais faire quelque chose de brut, d'organique, de live."
Revue de presse :
"L'Anglais part en terre inconnue, celle du blues originel, pour revenir avec un disque qui jette une lumière moderne sur ces tables de la loi ancestrales. (...)C haudement mixé par l'illustre Flood, ce disque réussit à évoquer à la fois les grands maîtres du blues hypnotique (John Lee Hooker, Junior Kimbrough, Lightnin'Hopkins), du krautrock ralenti, du gospel qui rime avec virtuel et de l'electronica ambient plongée dans un chaudron de prêtresse vaudoue. C'est un disque poisseux, aquatique, nocturne, subtil, cramoisi et sexuel, mais dont les ébats sont éclairés par la lueur d'un écran d'ordinateur. C'est le pays du blues visité sur Google Earth, et la transformation d'une projection mentale en réalité musicale. Toujours, Fink évite les clichés de la musique de genre (et d'un genre particulièrement identifié), pour apporter sa part de mystère." (Stéphane Deschamps, Les Inrocks, avril 2017),
"Fink concrétise pour de bon un rêve de plusieurs années, celui de s'immerger dans les ambiances chères aux John Lee Hooker et Chuck Berry qu'il affectionne tant, et dans cette musique plus difficile qu'il n'y parait, qu'il a appris à connaitre en parcourant les bacs des disquaires au fil de ses tournées. Manifestement, et même si on rentre plus difficilement dans ce disque que dans n'importe lequel des précédents, Greenall a particulièrement bien retenu la leçon." (Matthieu Choquet , Mowno, mars 2017).
RécompensesDisque du mois Rock & Folk
vol.piste
 
TitreArtiste
11Cold feet 
 2She was right 
 3Little bump 
 4Boneyard 
 5Hard to see you happy 
 6Keep myself alone now 
 7Hour golden 
 8Black curls 

Savage times : the complete collection : vol.1-5

Variete Internationale : Rock

Année 2016

Label Because Music

Interprête(s) : Hanni El Khatib (site)

Résumé : En 2016 , Hanni El Khatib a décidé de laisser libre-cours à sa créativité en sortant successivement 5 EP digitaux de 3 titres d'une collection qu'il a nommée "Savage times", référence peu masquée à sa perception des Etats-Unis de 2016. Où il démontre sa maîtrise du rock et innove aussi sur des axes plus groovy.
"Savage Times" compile tous ces nouveaux morceaux 2016 ainsi que 4 nouveaux titres exclusifs à ce CD, en forme de dernier EP de la série.
RécompensesDisque du mois Rock & Folk
vol.piste
 
TitreArtiste
11Baby's ok 
 2Gonna die alone 
 3Born brown 
 4Paralyzed 
 5Miracle 
 6Mangos and rice come down 
 7No way 
 8Mondo and his makeup 
 9Gun clap hero 
 10Black constellation 
 11So dusty 
 12Till your rose comes home 
 13Hold me back 
 14Savage times 
 151am 
 16Peep show 
 17This I know 
 18Freak freely 
 19 

Ensen

Musique Du Monde : Moyen-Orient

Année 2017

Durée 51 minutes

Label Partisan records

Interprête(s) : Emel (site)

Résumé : Emel s'est fait connaître lorsque son morceau 'Kelmti Horra (My Word Is Free)' de 2012 est devenu un hymne au cours du Printemps arabe, lui valant le titre de "voix de la révolution tunisienne", puis une invitation à se produire durant la cérémonie de remise du prix Nobel de la Paix en 2015. Sa musique sincère et puissante défie les genres, mélangeant électronique, textures tunisiennes et univers cinématique. Combinant le politique et le personnel, Emel, portée par sa voix exceptionnelle- ment expressive et d'une large tessiture, exprime ses sentiments mais aussi ceux de beaucoup de gens. "Il est important pour moi de donner une voix à ceux que l'on n'entend pas. Et je crois que l'art est son propre message, et que spécialement lorsque l'on vient d'une zone répressive, ou ignorée, l'acte le plus simple de dire "Hey, je suis là" est important - l'art de la présence et de la revendication." Sur ce second album, 'Ensen', Emel distille sa musique électronique et acoustique en un style qui résolument lui appartient, citant Ben Frost, Samaris et James Blake comme influences artistiques. Avec plusieurs producteurs, dont Valgeir Sig- urðsson (Sigur Rós, Feist) et son principal collaborateur le Franco-Tunisien Amine Metani, Emel a enregistré son nouvel album dans sept pays et deux continents.

Inclus 1 titre bonus.
vol.piste
 
TitreArtiste
11Instant 
 2Ensen dhaif 
 3Layem 
 4Kaddesh 
 5Lost 
 6Thamalaton 
 7Princess melancholy 
 8Sallem 
 9Khayef 
 10Shkun ena 
 11Fi kolli yawmen 

Electronic tapes (The)

Variete Internationale : New wave punk et techno international

Année 2016

Label Habibi Funk

Interprête(s) : Ahmed Malek, Flako

Résumé : Nouvelle sortie pour le sous label de Jakarta, Habibi Funk. Suite au succès de la réédition d'Ahmed Malek en 2016, élue Bande Originale de l'année 2016 par la magazine Mojo, ces 17 morceaux, jusqu'ici jamais exploités ont été compilés et co-produit par Flako. Au début des années 80, Ahmed Malek découvre les synthétizers et la musique électronique et commence à experimenter ces nouvelles possibilités de sons, plutôt éloignes de ce qu'il est habitué a faire.En résulte un mélange d'ambient et de musique d'avant garde. Cependant rien de tout cela ne sortira. Flako, fan de la première heure de ces debuts de la musique électronique, fait aboutir ce que Monsier Malek n'a pas eu le temps de terminer.
vol.piste
 
TitreArtiste
11Tape 22 track 2 
 2Tape 23 track 4 
 3Tape 23 track 3 : part 1 
 4Tape 23 track 5 
 5Tape 27 track 3 : part 1 
 6Tape 9 : part 1 
 7Tape 23 track 3 : part 2 
 8Tape 3 track 4 
 9Tape 9 : part 3 
 10Tape 12 track1 
 11Tape 9 : part 4 
 12Tape 27 track 1 
 13Tape 27 track 3 : part 2 
 14Tape 9 : part 2 
 15Tape 23 track 6 
 16Tape 16 track 3 
 17Tape 27 track 5 

Asylum for Eve

Variete Internationale : Variétés internationales

Année 2017

Label Village Green

Interprête(s) : Thomas William Hill

Résumé : Nouvel album de THOMAS WILLIAM HILL. une combinaison de ses deux actifs: à savoir la bande originale de film et l'enregistrement sauvage extérieur. Entre musique de chambre et néo-classique, les textures de cet album sont subtiles et font que chaque instrument se distinguent.
vol.piste
 
TitreArtiste
11 Porpita porpita 
 2 Tyranny of the frame 
 3 Pinhole eclipse 
 4 Venetian zoetrope 
 5 Laniakea 
 6 Cirrostratus 
 7 Asylum for Eve 
 8 We may never part 
 9 Peak district 
 10 Nonesmanneslond 
  • «
  • 1
  • 2
  • 3
  • »